Blog de voyage en famille

La tresse de laetitia Colombani

Par 19 novembre 2017 Boite à idées, idées de lectures

La tresse de Laetitia Colombani

 

Bien que je lise, je ne me tiens que peu au fait des sorties de livres. C’est un tord certain…! Lorsque je rentre dans une librairie, j’adore sortir avec une pile, mais j’ai du mal à les choisir. Lorsque l’on m’a tendu la tresse de Laetitia Colombani en me disant :  » Lis », j’adore… je sais que je vais me régaler….! Pour La tresse, c’est encore une bonne âme qui m’a dit « lis »…!

Ce livre est superbement bien écrit, j’ai du ralentir ma lecture, pour profiter de chaque page. Ce qui est plaisant, c’est que le récit s’articule selon le mode opératoire suivant :

L’unité de temps

Trois femmes sont les héroïnes de chacun des chapitres. On suit donc Smita, l’indienne, Guilia l’italienne et Sarah, la canadienne.

Dès le troisième chapitre, vous aurez vite l’intuition du déroulement, mais qu’importe, on est emporté par le rythme de chaque chapitre. J’ai assez fortement ressenti, l’unité de temps. En effet, avec l’indienne, il y a une certaine fatalité et lenteur dans le chrono. Avec l’italienne, on est dans un rythme plus proche du notre. Et avec Sarah, on est dans un temps hyper rapide.

Le courage

Au final, ce qui marque c’est que chacune de ces trois femmes, va avec courage, faire face à l’adversité. Chacune va défier la routine, rompre avec la fatalité, sortir de sa zone de confort selon l’expression à la mode, pour se battre et réaliser son projet de vie ou professionnel.

Ce livre nous réunit aussi dans la mondialisation. Puis la tresse de cheveux est au centre du livre. Ces trois chapitres comme motif de la tresse de cheveux sont bien amenés. Un certain nombre de faits sont soulignés dans le livre, notamment la position de la femme en Inde. Même si nous le savons, reparler de ces habitudes qui perdurent ne fait pas de mal. Malheureusement cela ne fait pas avancer le problème, mais enfin cela ridiculise un peu leur position. Idem pour la maladie, le cancer même soigné apporte son lot de désagrément corollaires aux traitements et c’est bien réel.

Le livre procure une bonne dose d’optimisme pour les femmes malgré les sujets traités car il montre aussi la force que les femmes ont en elles.

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

    Laisser une réponse